•  J'ai expérimenté cette année (à la période 3) les plans de travail. Mes élèves sont assez autonomes cette année. De plus, la coopération marche vraiment bien ! J'ai des élèves à l'écoute des uns des autres et volontaires pour s'entraider. J'en ai donc profité pour essayer les plans de travail. J'ai plutôt l'habitude de travailler en ateliers, faire tourner les groupes d'ateliers, mettre des jeux dans mes ateliers, de la manipulation alors c'était une première pour moi de travailler avec des plans.

    Modalités : 

    Je suis à 3/4 temps donc ils travaillaient 3 jours par semaine sur leur plan, à raison d'une heure environ par jour (en général, le matin après la récréation).

    Organisation : 

    Ils avaient des exercices de réinvestissement obligatoires en maths et français (à faire dans le cahier du jour) et tout un panel d'exercices écrits mais aussi de la manipulation que je leur proposais. Dans le plan, il y avait aussi d'autres activiés comme de la lecture, de la poésie, des exposés...

    Correction / Evaluation : 

    Les élèves me mettaient leur plan de travail dans le cahier du jour (dans une pochette) et tous les jours je corrigeais ce qu'ils avaient fait. Ils devaient cocher sur leur plan les exercices qu'ils avaient réalisés afin que je m'y retrouve. Et moi, de mon côté, j'avais une feuille récapitulative où je reportais quel(s) exercice(s) avaient été faits et comment ils avaient été réussis.

     

    Mon bilan / ressenti : 

    D'abord, il faut  une classe avec un certain niveau d'autonomie (et volontaires) même si pendant le temps de plan de travail, je peux circuler pour aller voir les uns les autres, réexpliquer, remotiver etc.

    L'avantage c'est qu'il permet de différencier très facilement et chacun va à son rythme. Cela convient très bien aux bons élèves. Il a faut faire attention de bien adapter aux élèves en difficulté car sinon, il peut être rebutant  : c'est un travail proposé pour une semaine et certains élèves peuvent se décourager rapidement face à la "montagne" de travail. Ils peuvent se noyer dans toutes les informations. Il faut donc bien prendre le temps d'expliquer comment ça marche.

    Enfin, à la fin de la semaine les élèves ont à s'auto-évaluer sur leur travail( Je me mets rapidement au travail, Je suis autonome
    Je soigne la présentation et l’écriture, Je travaille suffisamment). Je fais de même de mon côté. Les parents ont ensuite à signer le plan de travail.

     

    Côté enseignant, pour être honnête, ça ne m'a pas plus... Ce n'est pas une façon de travailler qui me convient, je préfère de loin les ateliers. La correction est longue et fastidieuse parce que je reportais le résultat des élèves dans mes grilles, je devais sans cesse être derrière ceux qui n'avançaient pas en regardant à chaque fois où ils en étaient ("alors, montre moi ton travail. Tu en es où ?"). Pour chacun d'eux, je devais me remémorer ce qu'ils avaient fait ou non la veille pour les aider à avancer. Bref, trop compliqué à gérer ! Mais c'est largement de ma faute parce que ce genre de travail est très individualisé et j'aime bien savoir et noter où chacun en est. 

     

    Je partage avec vous le document modifiable et le pdf.

    Dites-moi ce que vous en pensez et si vous travaillez avec de plans de travail, racontez-nous comment vous vous y prenez, des astuces, des conseils...

      

     

    Le document PDF

     

    Le document modifiable

     

     

    En complément, voici le lien vers mon article sur les ateliers. Je me sens bien plus à l'aise dans cette organisation alors, je pense que ça vaut le coup d'y jeter un oeil !  l'article est par ici !!!!

    Pin It

    3 commentaires
  • En faisant un peu de rangement, j'ai retrouvé un livre que j'ai acheté il y a 4 ou 5 ans (paru en 2015). Il s'agit d'un petit livre d'environ 80 pages qui se lit très bien, paru aux éditions Retz : Enseigner l'histoire à l'école. Il a été écrit par Benoît Falaize. 

    Si vous me suivez depuis quelques temps, vous aurez compris que l'histoire est une discipline qui m'est chère et ce livre est à avoir sans sa bibliothèque si vous vous êtes déjà questionné sur votre pratique en classe. Attention toutefois, ça n'a rien à voir avec une méthode clé en main. Ce petit livre permet d'avoir quelques pistes d'exploitation et de réflexion pour sa pratique en classe.

     

    Voilà, le cadre est posé. Maintenant, voici mes quelques notes de lecture !

    5 chapitres : les 2 premiers précisent pourquoi il faut enseigner l'histoire à l'école. Dans le 3ème, l'auteur explique, en s'appuyant sur ses travaux de recherche, que selon lui il est nécessaire de faire place à l'histoire contemporaine dans l'enseignement élémentaire (enseignement du fait religieux, des valeurs de la République, de la démocratie et des valeurs humanistes). Enfin, les 2 derniers chapitres (qui sont les plus intéressants à mon sens car ils traitent des pratiques de classe) sont axés sur le "comment" fait-on concrètement en classe pour enseigner l'histoire.

    1) Pourquoi enseigner l'histoire à l'école élémentaire ?

    L'histoire, comme discipline d'enseignement, est enseignée depuis le Second Empire et a eu, dès le début, une mission très importante : former les citoyens. Aujourd'hui, l'histoire est encore essentielle dans cette formation. Elle a aussi un rôle à jouer pour faire "aimer" la France à nos élèves. Non pas "faire de l'histoire" de façon chauvine dans le but d'enseigner l'"identité nationale" mais pour "juste restituer les enjeux du passé dans la chaîne des combats démocratiques passés, présents et à venir". Benoît Falaize rappelle qu'il est important de transmettre l'héritage historique à nos élèves "en leur rappelant que si nous pouvons exprimer notre esprit critique, y compris notre désaccord à l'égard des politiques menées, c'est parce qu'un principe fondamental a été acquis : celui de la liberté de conscience et d'expression". Enfin, l'enseignement de l'histoire permet de donner sens au  monde qui nous entoure. On peut rien au passé parce qu'il a déjà eu lieu. En revanche, on peut agir sur le présent et le futur "à condition  de se donner les moyens de l'analyser et de le faire vivre en classe avec la certitude de son utilité". 

    2) L'auteur en arrive ensuite à ce qu'il appelle "les urgences du passé".

    Je ne m'attarderai pas trop sur ce chapitre dans lequel B.Falaize explique la nécessité de faire place à l’histoire contemporaine dans l’enseignement élémentaire, l’urgence d’enseigner une histoire en prise avec les questions du temps présent, de dire « les passés douloureux comme les passés de solidarité », d’incarner les valeurs à travers des évocations de personnages « héros d’humanité » qui pourraient « parler » aux élèves sans les enfermer dans un devoir de vénération mais en leur signifiant qu’il est possible, aux hommes de bonne volonté, d’agir sur le monde dans lequel ils vivent. 

    3) Les pratiques de classe et les difficultés rencontrées.

    Dans cette dernière partie, l'auteur fait un état des lieux des pratiques d’enseignement/apprentissage de l’histoire :

    - d'abord, plus la période est récente, moins elle est travaillée.

    - Ensuite, il liste les difficultés rencontrées en classe : La représentation du temps chez les élèves (« Dit en langage quotidien, cela donne : ‘les élèves de CE2 éprouvent déjà beaucoup de difficultés à situer leur date de naissance, et encore plus à situer le XIXème et le XXème siècle, qui sont les plus proches de notre temps, alors la Préhistoire et l’Antiquité, n’en parlons pas ‘. Reste à se demander si le fait que les élèves ne maitrisent pas leur rapport au temps constitue un obstacle majeur et irréductible à la compréhension des événements du passé… Après tout, même pour des adultes, que signifie 400 000 avant notre ère ? Ou ‘il y a 750 ans ? Arrivons-nous, nous-mêmes, à en avoir une idée précise ? Et est-ce que cela nous empêche d’y fixer des informations et des connaissances suffisantes pour la compréhension du passé étudié ? »)          Le statut du document : on fait de l'histoire à partir de documents, traces du passé mais la difficulté réside dans le choix des documents (qui a un caractère arbitraire), comment peut-on s'en servir, à quel autre document le confronter, quelles informations utiles en tirer...                                            L'accessibilité des textes historiques en termes de lecture. La lecture des documents proposés (textes, iages, peinture, affiche...) n'est pas aisée pour les élèves.                                                    

     

    L'auteur donne quelques éléments de réponse pour étudier les documents :

    D'abord, ne pas s'interdire d'utiliser toutes les traces du passé (les lettres, les documents juridiques, les lois, les vestiges archéologiques, les musées, églises, bâtiments anciens, des archives, des témoignages, des discours...) du moment que le niveau de langue est accessible aux élèves. Il encourage à "traduire" ou d'installer un lexique à côté du texte. Mais il faut faire attention aux textes que l'on trouve dans les manuels car ils ne sont pas considérés comme des documents-sources au sens où les historiens l'entendent. Il appartiennent plutôt au domaine du récit. Et B. Falaize rappelle qu'on ne veut pas faire de nos élèves des apprentis-historiens. C'est pourquoi, l'étude des documents doit se faire en classe entière dans le cadre d'un échange collectif à partir de questions simples : 

    -Commencer par décrire le document, formellement : quelle est sa nature (un texte de loi, une peinture, une correspondance privée, un caricature…).

    - Ensuite, il faut pouvoir dire et faire dire par les élèves les éléments que l’on peut observer : qui l’a produit ? Quel en est l’auteur ? A quelle date ce document a-t-il été produit ?

    - Puis tenter d’en comprendre le sens et d’émettre des hypothèses : si l’auteur et la date ne sont pas connus, qui a pu faire ce document, pour qui, vers quelle date ?

    - Ensuite, et seulement après avoir déjà avancé sur ces premières découvertes, tenter d’en comprendre l’intérêt : pourquoi, d’après les élèves, dans une production d’hypothèses dont les enfants sont tout à fait capables, ce document a-t-il été fait ? Dans quel but ? Pour dire quoi ? Quel est le sens de ce texte, de cette peinture ? Pour cela, parfois, il n’est pas inutile de confronter deux documents : soit qu’ils disent le contraire l’un de l’autre, et l’on étudiera avec profit deux points de vue sur un document, soit parce qu’ils s’éclairent mutuellement.

     

    L'auteur termine son livre en parlant du "récit historique" à l'école. Il en est un fervent défenseur. Le récit historique a un intérêt pédagogique : une motivation claire et stimulante. Il permet de développer différentes compétences (culturelles, psycholinguistiques, linguistiques, intellectuelles et logiques).

    Le récit peut être construit par l'enseignant mais il peut aussi utiliser des manuels en lisant des textes, des témoignages, un "récit structuré,[...], élaboré par les auteurs du manuel scolaire, s'il est accessible et suffisamment "raconté" ". Cela peut être aussi un ouvrage de littérature de jeunesse à connotation historique ou un historien enregistré à la radio. Enfin, le récit historique peut être l'occasion pour l'élève de dire les textes mais aussi d'écrire un texte historique (prolonger, compléter, transformer un texte, l'enrichir d'une description ou le détourner).

     

    Je m'arrête là, je vous donne les références pour que vous puissiez le découvrir en intégralité ! Benoit Falaize a aussi écrit deux autres ouvrages "clé en main" cette fois avec des récits historiques et des séances à mener en classe. Bonne lecture ! :)

     

            

    Pin It

    1 commentaire
  • Cette année, toute mon école a choisi de travailler en anglais avec les méthodes Jocatop "Mon année d'anglais au...". Je trouve que la méthode est bien faite : avec un classeur pédagogique pour le maitre, des flashcards, des posters, des jeux, des enregistrements audios (chansons, dialogues, textes, poèmes, consignes des exercices). La méthode n'est pas bon marché, mais elle en vaut le coup !

    Les élèves travaillent aussi bien à l'oral qu'à l'écrit : on trouve des fiches d'exercices, des mots croisés, des mots à remettre dans l'ordre pour faire des phrases, des grilles à compléter...

    J'ai créé quelques fiches supplémentaires pour faire travailler les élèves à la maison ou en classe. Je partage aussi une petite évaluation.

     

     

    Thème : Hobbies

    Fiche d'exercices

    Evaluation

    Thème : At home

    Fiche d'exercices

    Pin It

    4 commentaires
  • J'ai donné à mes élèves un roman pour les vacances. Il est paru chez Lire c'est partir. Les livres sont à 80 centimes et les histoires sont très variées.

    Voici un questionnaire que j'ai préparé pour mes élèves sur le livre "le roi foudroyé".

    C'est ici !!

     

    Le lien vers le site lire c'est partir : https://www.lirecestpartir.fr/ 


    votre commentaire
  • Le temps passe, et avec lui, l'envie de publier s'émousse... Mais, le partage, les commentaires, les échanges me manquent beaucoup ! Alors, je vais me mettre un coup de pied aux fesses et publier un peu plus souvent !

    Je commence avec mon cahier journal. En début d'année, j'avais opté pour le planner de maisquefaitamaitresse et puis, ça ne me convenait plus... Plus envie d'écrire et pas assez de place. Je voulais y noter mes objectifs de séances, détailler la différenciation, penser à mes élèves d'UPE2A en inscrivant ce que je pensais faire pour eux. J'avais besoin de me noter les devoirs à donner aux élèves, savoir ce que je devais photocopier etc...

    Bref, il fallait que je repense ma feuille de cahier journal mais il me fallait aussi un agenda. J'ai donc rapidement investi dans l'organiseur de Lutin Bazar qui me sert d'agenda, de mémoire pour le côté administratif de ma classe.

    Mon cahier journal, c'est donc un classeur dans lequel je mets mes feuilles recto verso pour la journée. Mais aussi mes programmations, le suivi des APC, tous les documents pour les sorties (hum.... cette année c'est ultra light...oops), les mots que je donne aux parents.

    Ma feuille de cahier journal modifiable, c'est par ici

    La feuille en pdf, c'est par là

     

    Donc, pour l'an prochain, je fais la même chose avec l'organiseur de Lutin Bazar et mon classeur ! 

    Pin It

    votre commentaire